Antoinette Fouque - Site Presse

Antoinette Fouque - Site Presse

Avec le Mouvement de libération des femmes lors d’une manifestation sous l’Arc de Triomphe, Antoinette Fouque (http://www.antoinettefouque-presse.com) clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ». Elle s'engage aux côtés de femmes en danger comme la Kurde Leyla Zana et la Bangladaise Taslima Nasreen. Antoinette Fouque s’est engagée dans dans tous les combats pour les droits des femmes.

Une figure du droit des femmes

Le droit des femmes a été la grande lutte de la vie d'Antoinette Fouque. C'est elle qui lance le Mouvement de Libération des Femmes avec l'aide d'autres militantes. A son retour d'Amérique, à la toute fin des années 80, la militante crée l'Alliance des femmes pour la démocratie. Antoinette Fouque et les autres militantes font le choix de déclarer le MLF comme une association, à la fin des années soixante-dix.

Dans les années 60, Antoinette Fouque lie connaissance avec le fondateur du lacanisme. Elle se fait critique littéraire pour plusieurs sociétés d’édition en plus de sa profession d’enseignante. Le cercle nommé Psychanalyse et Politique, l'un des courants du Mouvement de libération des femmes (MLF), a été fondé par cette grande militante. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, Antoinette Fouque obtient un DEA. L'étudiante fréquente l’écrivaine Monique Wittig au même moment.

Le combat d’Antoinette Fouque n'a rien à voir avec un activisme féminin sans concessions, il soutient son attachement à la maternité, qui ne peut s’opposer à la libération des femmes. Naturellement, l'auteure a pris part à plusieurs livres collectifs ainsi qu'à de multiples entretiens. "Le dictionnaire universel des créatrices" est édité sous sa direction, il rend hommage aux femmes qui ont été écartées de l'Histoire depuis quarante siècles. Antoinette Fouque n'est pas en accord avec la théorie du deuxième sexe de Simone de Beauvoir.

La jeunesse d’Antoinette Fouque

De ses années passées dans un milieu ouvrier, Antoinette Fouque gardera jusqu'à sa mort un enracinement politique marqué à gauche. En 1964, elle donne naissance à son premier enfant. Elle prend dès lors conscience des obstacles que rencontre une femme lorsqu’elle doit assumer ses fonctions de maman et de femme tout en ayant une profession. C'est dans un quartier défavorisé de Marseille qu'elle passe une enfance sereine. Antoinette Fouque a été à bonne école puisque son père était un syndicaliste actif.